Une semaine d’action pour exiger Un financement accru et de meilleure qualité pour l’éducation !

Un Milliard de Voix

Semaine mondiale d’action pour l’éducation (SMAE) 2021

Une semaine d’action pour exiger

Un financement accru et de meilleure qualité pour l’éducation !

26-30 avril 2021

À l’attention de toutes les sociétés de presse

Pour diffusion immédiate

Semaine mondiale d’action pour l’éducation (SMAE) 2021 de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME)

#SMAE2021 #UnMilliardDeVoixPourlÉducation

Le droit universel à l’éducation n’a jamais été autant menacé. La pandémie de Covid-19 a affecté l’éducation de plus d’un milliard de personnes à travers le monde. Elle aggrave également la crise existante du financement de l’éducation mondiale et, de ce fait, pèse sur les progrès de l’Agenda du développement durable et notamment de l’Objectif de développement durable n° 4 (ODD 4).

« Aujourd’hui, plus que jamais, l’importance de notre objectif – une éducation gratuite et accessible pour tous – nous est rappelée. Cette année, la Semaine mondiale d’action pour l’éducation est confrontée à de nombreux défis, mais également à des enjeux d’importance cruciale. » Refat Sabbah, président de la CME.

« En ces temps incertains, la crainte de ne pas pouvoir atteindre l’objectif de l’ODD 4 et de subir une énorme perte d’apprentissage s’est considérablement accrue, car ce sont les pauvres et les marginalisés qui risquent d’en payer le prix. Cette crainte s’accompagne d’une inquiétude : assister à un recul de nos efforts pour augmenter le financement de l’éducation. Mais l’obscurité de ces peurs ne saurait masquer la lumière de la communauté. Le pouvoir et la force de nos efforts unifiés pour un avenir meilleur. Pour une éducation égale, inclusive, gratuite et accessible pour tous les enfants et les adultes, pour la vie. »

Au cours de la SMAE 2021, le plus grand mouvement mondial de la société civile pour le droit à l’éducation se rassemblera pour exiger un financement accru et de meilleure qualité pour l’éducation, afin de garantir une éducation de qualité inclusive et équitable et de promouvoir des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous. Menée par les membres et partenaires de la CME en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans la région arabe, l’édition 2021 est conçue comme un espace de plaidoyer intensif, dans lequel les organisations de la société civile du monde entier appellent à une action urgente pour l’éducation.

Une semaine d’action!

Chaque journée de la SMAE 2021 sera consacrée à un dialogue sur la politique des différentes régions, axé sur le financement de l’éducation dans une perspective régionale. Le dernier jour, la SMAE culminera avec un événement mondial de haut niveau sur le financement de l’éducation, centré sur la mobilisation en faveur de la reconstitution du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) et dans la perspective du G20 et du G7.

Les activités suivantes sont prévues :

Lundi 26 avril – Dialogue régional Asie-Pacifique sur le financement de l’éducation : Semaine mondiale d’action pour l’éducation 2021 dirigée par le Bureau Asie-Pacifique Sud pour l’éducation de base et des adultes (ASPBAE). « Protéger les budgets de l’éducation : atteindre les plus marginalisés » En direct sur Facebook à partir de 13h, heure de Manille (GMT +8) / 7h SAST : http://bit.ly/ASPBAEDialogue

Mardi 27 avril – Dialogue de la région arabe consacré à la dette et au financement de l’éducation, organisé par la Campagne arabe pour l’Éducation pour tous (ACEA) : « Vague nationale ouverte pour le financement de l’éducation ». En direct sur Facebook de 8h à 13h GMT / 10h à 15h SAST : https://web.facebook.com/ACEAorg/

Mercredi 28 avril – Dialogue sur la politique régionale de l’Amérique latine, axé sur la privatisation, organisé par Campaña Latinoamericana por el Derecho a la Educación (CLADE). « Alertes au temps de la Covid-19 : les visages de la privatisation de l’éducation en Amérique latine et aux Caraïbes ». En direct sur Facebook de 12h à 13h30, heure du Brésil (GMT -3) / 17h à 18h30 SAST @redclade et YouTube @CLADE ou sur Zoom : https://bit.ly/3apGBUe

Jeudi 29 avril – Dialogue sur la politique régionale en Afrique axée sur l’inclusion, organisé par le Réseau africain de campagne sur l’Éducation pour tous (ANCEFA). « Augmenter le financement intérieur pour soutenir des systèmes d’éducation publique robustes, inclusifs et résilients en Afrique pendant et après la Covid-19 ». Suivi par le lancement d’un nouveau rapport : « Un Milliard de Voix : Comment l’Afrique peut être leader en matière d’éducation dans le monde d’après la Covid ». L’événement démarrera à 8h EST / 13h GMT / 15h SAST. Lien Zoom : http://bit.ly/ANCEFADialogue

Vendredi 30 avril – Journée mondiale finale avec un dialogue politique de haut niveau sur la mobilisation du financement de l’éducation, en partenariat avec le Partenariat mondial pour l’éducation. « Lève la main pour un financement de l’éducation accru et de meilleure qualité ». L’événement démarrera à 9h EST / 14h GMT / 16h SAST. Cliquez ici pour vous inscrire : http://bit.ly/GAWERaiseYourHand

Action au plan national

Tout au long de la semaine, les coalitions nationales du monde entier entreprendront des activités de plaidoyer et de campagne sur le thème d’un financement accru et de meilleure qualité. En voici quelques exemples :

  • Élaboration de déclarations politiques sur le financement de l’éducation remises à tous les partis politiques au Japon et en Albanie.
  • Lancement d’une campagne nationale en Colombie.
  • Action de la jeunesse pour Un Milliard de Voix en Espagne.
  • Chat Twitter sur le financement de l’éducation le 28 avril et prise de contrôle Instagram par les jeunes le 27 avril.
  • Lancement d’un nouveau rapport sur le financement intérieur en Afrique.
  • Déclarations de politique et ateliers sur le financement de l’éducation en Jordanie, au Maroc et au Guatemala.
Faire entendre les voix des milliards d’apprenants touchés

Grâce à la campagne Un Milliard de Voix pour l’éducation, à laquelle s’associe la SMAE 2021, les voix du milliard d’apprenants dont l’éducation a été affectée par la pandémie de COVID-19 ont commencé à émerger. Les récits soulignent non seulement l’impact dévastateur de la pandémie à différents niveaux sur les apprenants, les parents et le corps enseignant, mais ils mettent aussi en évidence l’aggravation des inégalités, des exclusions et des discriminations qui existaient avant la pandémie. Voici quelques-unes de ces histoires :

En Égypte, Muhammad, 8 ans, refuse de laisser la Covid- 19 lui enlever son rêve de devenir chercheur en mathématiques. Il pratique à la maison les jeux de calcul mental qu’il a appris à l’école et les partage avec ses amis du village.

Au Pérou, dans la petite communauté de Mancura, dans le district de Pomacanchi, Maritza rêve que sa fille aille à l’université et ait des opportunités professionnelles. Lorsque l’école a fermé, et malgré son faible niveau d’éducation, elle a aidé sa fille avec son travail scolaire tous les jours à la maison.

En Somalie, Shamarke et Zakariye, 13 et 14 ans, vivaient dans les rues de Mogadiscio. L’école était le seul espace sûr pour eux. Après la fermeture prolongée des écoles, qui a eu un impact dévastateur sur les taux de scolarisation des enfants en Somalie, ils exhortent tous les enfants à retourner à l’école.

En Roumanie, Ionut a pris du retard et redouble la quatrième année de primaire en raison de difficultés familiales. Il avait décidé d’étudier avec acharnement pour rattraper ses camarades de classe cette année, mais les écoles ont été fermées pendant des mois et il n’a pas accès à l’enseignement en ligne.

Au Sénégal, le petit commerce de jus de fruits d’Anna s’est effondré quand la pandémie est survenue. Faute de moyens, elle n’a pas pu payer les frais de scolarité de sa fille, et l’école a refusé de lui délivrer son bulletin de notes. Sans ce document, l’inscription de sa fille au lycée est compromise.

L’éducation est un droit humain universel et doit être garantie à tous dans tous les contextes, y compris les urgences sanitaires. Les difficultés mises en évidence dans ces histoires ne peuvent être surmontées qu’avec un financement public de l’éducation accru et de meilleure qualité.

« La Covid-19 a exacerbé les inégalités existantes dans nombre de nos communautés et pays, laissant les personnes marginalisées fortement exposées aux aspects négatifs de la pandémie. Mais les gouvernements du monde entier et la communauté internationale ont la possibilité de s’attaquer à ces inégalités en garantissant un financement adéquat de l’éducation. » Grant Kasowanjete, Coordonnateur mondial de la CME

La Campagne mondiale pour l’éducation rappelle que la budgétisation nationale de l’éducation s’accompagne de quatre obligations centrales :

  1. Augmenter la Part des budgets de l’éducation,
  2. Augmenter la Taille globale des budgets,
  3. Augmenter la Sensibilité des budgets afin de répondre aux besoins des plus marginalisés,
  4. Renforcer le Contrôle des budgets, afin que les gouvernements soient tenus responsables devant leurs citoyens.

En outre, conformément au cadre politique de la campagne Un Milliard de Voix pour l’éducation, la SMAE 2021 appelle les États et la communauté internationale à :

  1. Augmenter le financement public de l’éducation pour atteindre 20 % des dépenses publiques.
  2. Augmenter leur base d’imposition afin d’accroître les ressources, en s’efforçant d’atteindre un ratio impôt/PIB de 20 % au minimum.
  3. Annuler de toute urgence la dette des pays les moins avancés ; et alléger la dette des pays à revenu intermédiaire et à revenu intermédiaire tranche supérieure.
  4. Mettre en place des systèmes d’éducation inclusifs grâce à des financements équitables et des programmes qui visent en priorité les plus marginalisés.
  5. Fournir une éducation gratuite de qualité pour tous et mettre fin à la tendance à la privatisation et à la commercialisation de l’éducation.
  6. Améliorer la qualité de l’enseignement par le recrutement, la rémunération et la formation continue des enseignants.
  7. Écouter les voix des personnes touchées et y répondre. Donner aux personnes individuelles et à la société civile un espace d’expression.
  8. Les pays développés doivent continuer à œuvrer pour atteindre l’objectif de 0,7 % d’aide extérieure, dont 20 % consacrés à l’éducation, et augmenter leurs contributions au Partenariat mondial pour l’éducation et au fonds L’éducation ne peut pas attendre.

Pour en savoir plus, contactez : Campagne mondiale pour l’éducation (CME) [email protected]+27 11 447 4111

Note aux rédacteurs:
    1. La CME est un mouvement de premier plan de la société civile qui promeut et défend l’éducation en tant que droit humain fondamental. La CME compte plus de 127 membres, dont 94 coalitions nationales de l’éducation, 18 ONG internationales et 15 réseaux régionaux et organisations de jeunesse. La CME plaide pour l’éducation en tant que droit fondamental. La CME définit l’éducation comme le fondement de toutes les formes de développement et comme un catalyseur de la croissance. En tant qu’organisation transnationale, la CME estime que l’éducation est la clé pour assurer une croissance économique durable et équitable, une meilleure santé et le développement social.
    2. Déclaration de politique de la SMAE 2021
    3. Appel à l’action de la campagne Un Milliard de Voix
    4. Boîte à outils de la SMAE 2021 pour les réseaux sociaux
    5. Un Milliard de Voix pour les histoires d’éducation