Voix du Japon : La crise du COVID-19 vécue par les enfants

Voix du Japon : La crise du COVID-19 vécue par les enfants

Ce qui suit a été obtenu à partir des résultats du questionnaire « Écoutons la voix des enfants » de Save the Children Japan en mars 2020.

J’espère vraiment que la voix des jeunes sera plus forte et atteindra les adultes

« Je ne supporte pas de ne pas pouvoir aller à la salle de jeux, au karaoké ou à Disney World, ce que j’avais prévu de faire après mon examen d’entrée au lycée. Bien sûr, je comprends que nous n’ayons pas le droit d’aller dans des endroits pleins de monde. Mais, alors que je jouais au badminton avec mon ami dans un parc pas vraiment bondé, un type est venu nous dire : “C’est à cause de jeunes comme vous qui sortez beaucoup que l’épidémie de COVID-19 se répand.” Pourtant, beaucoup de gens, et même des gens âgés, vont à la salle de pachinko. Avant le COVID-19, on disait aux enfants de sortir jouer dehors au lieu de jouer à des jeux vidéo à la maison. Je ne comprends pas pourquoi nous devrions rester à la maison maintenant. Notre cérémonie de remise des diplômes a été réduite au minimum et la représentation de la fanfare, à laquelle j’appartiens, a été annulée. Au début, j’ai pensé que c’était quelque chose qu’il fallait que j’accepte, mais maintenant, je ne sais que penser des adultes qui se montrent trop déraisonnables. Un de mes amis, qui jouait au parc, s’est entendu dire par son voisin : “Tu ne comprends pas combien le COVID-19 est dangereux. Ne sors pas de la maison.” Est-ce que nous devrions nous affaiblir en paressant à la maison ? Mon père et ma sœur croisent beaucoup de gens dans le train et à la gare tous les jours. Si un membre de ma famille est infecté par le COVID-19, comment pourrais-je me protéger du virus avec un système immunitaire catastrophique ? Il n’y a que mes amis qui comprennent ce que je ressens. J’espère vraiment que la voix des jeunes sera plus forte et atteindra les adultes. »

Élève du 3e niveau de collège dans la préfecture de Kanagawa

Je me demande si le pays tient compte des enfants et de leurs droits

« Je ressens un réel sentiment de malaise et de danger du fait que nous ne pouvons pas assurer l’éducation tout d’un coup sans que le gouvernement ne mette en place une politique pour compenser la disparition des possibilités d’éducation. Le lendemain de l’ordre de fermeture de toutes les écoles, on a expliqué aux parents que, s’ils ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants pendant les jours de semaine en raison de la soudaineté de l’annonce, les enfants seront pris en charge par la garderie de l’école. Cependant, il n’est pas compréhensible qu’il n’y ait pas d’explications ni de mesures de la part du gouvernement face à la perte des possibilités éducatives. Je me demande si le pays tient compte des enfants et de leurs droits. Il est inacceptable que les possibilités d’apprentissage dépendent des matériels qui sont disponibles gratuitement pour le public. Le pays doit non seulement protéger son économie, mais aussi répondre plus sérieusement aux droits de ses citoyens. »

Élève du 2e niveau de lycée dans la préfecture de Kagoshima

Je parle aux gens en lisant sur les lèvres. Ce qui ne me permet pas de converser avec les personnes portant un masque.

« J’ai un problème d’audition et je converse avec les gens en lisant sur les lèvres. Ce qui ne me permet pas de converser avec les personnes portant un masque. Il est devenu courant pour tout le monde de porter un masque et je ne peux pas leur demander de l’enlever. Mais je veux que l’on sache qu’il y a des gens comme moi. Où que nous allions, tout le monde porte un masque et nous nous sentons exclus et isolés car notre façon de communiquer nous a été enlevée. Je n’avais pas imaginé que ce serait si dur de ne pas pouvoir communiquer facilement et librement avec les autres. »

Élève du 2e niveau de lycée dans la préfecture de Saitama

Nous sommes inquiets de ne pas avoir quelqu’un pour nous instruire pendant cette période

« D’habitude, nos professeurs à l’école nous enseignent et nous aident à préparer le collège, mais nous, élèves de 6e niveau, sommes inquiets de savoir si la vie au collège se déroulera comme prévu. Nous avons des devoirs à la maison tous les jours, et avant les vacances scolaires, on nous en donne beaucoup. Nous aimerions que quelqu’un nous aide et nous explique certaines choses, mais nos mères ne sont pas à la maison l’après-midi. Nous sommes inquiets de ne pas avoir quelqu’un pour nous instruire pendant cette période. »

Élève du 6e niveau de l’école primaire dans la préfecture de Miyagi

Témoignages sélectionnés avec l’appui de Japan NGO Network for Education (JNNE)

Ce blog fait partie de notre série de blogs sur le COVID-19 visant à mettre en lumière les problèmes qui touchent l’éducation, les apprenants et les défenseurs de l’éducation partout dans le monde, notamment les populations déplacées, l’éducation inclusive et l’éducation des adultes. Nous nous penchons également sur les problèmes dans une perspective régionale en Afrique et en Amérique latine ; plusieurs blogs seront axés sur la jeunesse.

Restez connecté à notre série de webinaires sur le Covid-19 qui débattent en profondeur de ces questions.



Laisser un commentaire