• gaw 2015 banner fr

social fsocial Psocial tsocial yt

read our blog en 2

blog button

À propos de la Semaine mondiale d'action de la CME

La Semaine mondiale d'action est un élément fort du programme du mouvement pour l'éducation. Elle offre à chaque campagne pour l'éducation, nationale et régionale, l'occasion de mettre en avant un domaine du programme de l'Éducation pour tous et de faire des efforts ciblés pour réaliser le changement sur le terrain, avec le soutien des militants pour l'éducation et des millions de membres du public du monde entier réunis pour la même cause.

2012 : Les droits dès le départ : Protection et éducation de la petite enfance, maintenant !

 
res 1En 2012, la CME était axée en particulier sur la protection et l'éducation de la petite enfance (PEPE) avec la campagne « Les droits dès le départ ». Chaque enfant a le droit à l'éducation, et ces droits commencent dès la naissance, mais chaque année, plus de 200 millions d'enfants de moins de 5 ans ne bénéficient pas de ces droits, ce qui leur donne moins de chances de réaliser leur potentiel et de mettre fin au cycle de la pauvreté. La PEPE est l'objectif n° 1 des objectifs de l'EPT et il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine.

La campagne demandait aux militants de créer une « Grande image » pour montrer ce à quoi devait ressembler la petite enfance, et des millions d'images du monde entier ont été dessinées, photographiées ou créées par des enfants et des adultes. Plus de 4 000 images ont été soumises en ligne sur le et d'autres encore ont été envoyées directement aux bureaux de la CME.
 
L'impact de la campagne au niveau national est déjà visible. Aux Philippines, la coalition nationale a établi un dialogue permanent avec le ministère de l'Education sur les programmes de la PEPE pour cibler les groupes marginalisés, exclus et vulnérables via les bureaux régionaux et grâce au suivi du secrétariat de l'EPT (composé du ministère de l'Education et de E-Net Philippines). Au Ghana, le vice-ministre de l'Education s'est engagé à veiller à ce que la politique actuelle de PEPE soit révisée et appliquée. La première étape sera l'élaboration d'un plan de mise en œuvre. Au Kenya, un partenariat a été proposé pour plaider pour la PEPE auprès du Comité parlementaire sur l'éducation entre l'UNICEF et la coalition Elimu-Yetu. Au Somaliland, un nouveau document stratégique gouvernemental sur la PEPE a été dévoilé à l'occasion de la Semaine mondiale d'action. En Palestine, le Premier ministre a assisté à la clôture de la Semaine mondiale d'action suite à une campagne prolongée avec plus d'un million de participants dans l'ensemble du pays.

GAW Exhib1

Au niveau mondial, une exposition des dessins des enfants a été organisée dans le cadre de la campagne et présentée pour l'instant au siège social de l'UNESCO à Paris et au Ministère de la coopération économique et du développement à Berlin. Des milliers d'images ont été présentées à la directrice générale de l'UNESCO Irina Bokova par des écoliers de l'école Pierre Girard à Paris, qui ont prononcé un discours appelant les chefs d'états à « tenir leurs promesses et les ont encouragé à améliorer les vies des enfants dans le besoin... Nous devons aider tous les enfants à grandir harmonieusement, pour qu’ils deviennent des adultes meilleurs ! »
 
 
 

2011 : C'est un droit ! C'est un droit ! L’éducation pour les femmes et les filles, maintenant  !

GAWEn 2011, la Semaine mondiale d'action ciblait l'éducation des filles avec la campagne En 2005, le monde a manqué la première cible qui avait fait l'objet d'un accord dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) : l'élimination de l'inégalité des sexes dans le primaire et le secondaire avant cette année-là.

La disparité des inscriptions entre garçons et filles a diminué depuis 2000, mais les taux d'achèvement et de progression restent trop bas : dans 47 pays africains sur 54, les filles ont moins de 50 % de chances d'aller à l'école secondaire, et les femmes et les filles représentent encore la majorité des adultes et des enfants qui ne savent pas lire.


La Semaine mondiale d'action a invité ses militants à raconter leurs histoires sur l'éducation des filles ; des milliers d'écoles ont participé à cette activité. Un rapport a été publié en partenariat avec l'organisation Results, membre de la CME, et a un film a été réalisé en notre nom avec 10x10, militant de la CME.

 

2010 : 1BUT : l'éducation pour tous : Financer l'éducation publique de qualité

Tutu SMLLa Semaine mondiale d'action de 2010 a eu lieu du 19 au 25 avril, dans le cadre de la campagne . Cette campagne a réunir le pouvoir du football via la Coupe du monde de la FIFA 2010 en Afrique du Sud, la première jamais organisée sur le sol africain, et la cause de l'éducation pour mobiliser des millions de membres du public.

La campagne a invité les personnes à signer leurs noms pour mettre la pression sur les gouvernements et les enjoindre à verser les 16 milliards USD par an nécessaires pour faire en sorte que les 61 millions d'enfants dans l'impossibilité d'aller à l'école puissent bénéficier d'une éducation.

 

La campagne 1BUT est devenue la campagne la plus importante autour d'un événement sportif et a rassemblé près de 19 millions de signatures. La reine Rania de Jordanie coprésidait la campagne 1BUT, avec le président de la FIFA Sepp Blatter et l'archevêque Desmond Tutu. Parmi les célébrités qui ont apporté leur soutien, citons Jessica Alba, Shakira, Bono, Kelly Rowland, Salma Hayek, Kevin Spacey, Mick Jagger, le monde du football et bien d'autres encore.

GAW 2010La Semaine mondiale d'action était particulièrement axée sur le financement de l'éducation suite à l'effondrement économique. Cette semaine a attiré l'attention de plus de 14 millions de militants de tous âges dans le monde entier, notamment des hommes politiques et des célébrités, autour du thème 1BUT : Une leçon pour tous.

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2010 en

 

 

2009 : Le Grand Récit : Alphabétisation et apprentissage tout au long de la vie des jeunes et des adultes

La Semaine mondiale d'action 2009 était axée sur l'alphabétisation et l'apprentissage tout au long de la vie des adultes et a eu lieu du 20 au 26 avril. La semaine a attiré l'attention de millions de militants de tous âges dans le monde entier, et plus de 14 millions de personnes ont participé à la lecture de récits et ont ajouté leurs noms au Grand Récit. Le Grand Récit a apporté le soutien de nombreux auteurs et grands noms à l'éducation et l'alphabétisation pour tous.

Big Read SB thumbnailUn livre du Grand Récit a été publié avec des histoires de Paulo Coelho, Alice Walker, Desmond Tutu, Mary Robinson, Natalie Portman, Chimamanda Ngozi Adichie, Ishmael Beah et Dakota Blue Richards, toutes écrites à l'occasion de la Semaine mondiale d'action. En plus des célèbres auteurs se trouvaient des histoires fascinantes écrites par des enfants, comme par exemple Devli Kumari, à qui l'on a seulement donné la chance d'aller à l'école après avoir échappé au travail forcé dans une carrière, ainsi que par de nombreux élèves adultes qui s'étaient battus pour avoir la chance d'apprendre à lire et à écrire.

Téléchargez le livre du Grand Récit en 

Téléchargez le livre du Grand Récit en

Bon nombre des auteurs ont également participé aux événements phares pour lire leurs histoires et prêter leur voix à la campagne. La reine Rania de Jordanie était présidente d'honneur de la Semaine mondiale d'action cette année-là, et a montré le chemin lors des événements à Johannesbourg et à Washington, en donnant une couverture maximale par les médias au Grand Récit.  

 

2008 : Une éducation de qualité pour mettre fin à l'exclusion : la plus grande leçon du monde

Pour la sixième fois, les défenseurs de l'éducation du monde entier se sont rassemblés en masse pour commémorer la Semaine mondiale d'action. La participation, s'élevant à deux millions de personnes aux débuts en 2003, a connu un pic en 2008 avec 8,8 millions de personnes. Au cours de la semaine, la société civile, les organisations intergouvernementales et certains gouvernements se sont unis au niveau national dans plus de 100
pays pour lancer un appel vibrant : l'éducation doit être accessible à tous et la qualité doit être au rendez-vous.

L'éducation a été acceptée de façon universelle comme un droit humain. Sa qualité ne doit pas être un privilège mais également un droit, c'est pourquoi le thème de 2008, Une éducation de qualité pour mettre fin à l'exclusion, renforce la nécessité pour les gouvernements d'augmenter le financement pour faire en sorte que la qualité soit une réalité.  La qualité exige des moyens. La qualité ne doit pas être uniquement réservée aux écoles privées mais au système scolaire d'état/public, qui accueille la grande majorité des élèves. Une éducation de qualité correspond à l'objectif 6 des objectifs de l'éducation pour tous.

GAW 2008Dans de nombreux pays, l'appel à l'Éducation pour tous a fait augmenter le nombre d'élèves en classe, mais la proportion enseignant/élèves est très mauvaise et il est impossible pour les enseignants de gérer un tel nombre d'élèves par classe. Il y a toujours un manque de matériel et de nombreuses écoles sont dans des conditions déplorables et peu propices à un apprentissage efficace. Par conséquent, on ne peut pas dire que chacun a besoin d'une bonne éducation ; il ne s'agit pas seulement d'éducation.

 

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2008 en

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2008 en 

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2008 en

 

2007 : ENSEMBLE pour les droits à l'éducation, maintenant !

GAW 2007 picEn 2007, la Semaine mondiale d'action était axée sur l'éducation en tant que droit humain. Plus de soixante ans auparavant, l'éducation avait été déclarée droit humain fondamental pour chaque personne, et entérinée dans la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948. Depuis lors, elle a été réaffirmée dans le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1966), la Convention sur l'élimination des discriminations à l'égard des femmes (1979) et la Convention des droits de l'enfant (1989), entre autres. Pourtant, c'est un droit dont est privé près de 1 milliard de personnes aujourd'hui.

 

Du 23 au 29 avril, les militants du monde entier se sont unis sous le slogan « ENSEMBLE pour les droits à l'éducation, maintenant ! » Diverses activités ont été organisées avec des enfants, des parents, des enseignants, des décideurs et autres défenseurs pour former des chaînes humaines autour de bâtiments historiques, politiques et gouvernementaux pour signifier leurs efforts combinés pour l'éducation. Au Sénégal et en Gambie, une initiative transfrontalière sans précédent a été organisée avec des personnes des deux pays qui se tenaient la main pour soutenir l'éducation. D'autres ont fait des chaînes en papier de couleur, ensuite remises aux décideurs pour leur rappeler que 2007 était à mi-chemin des objectifs de l'Éducation pour tous (EPT) et qu'au rythme actuel de progression, de nombreux pays n'atteindraient pas ces objectifs d'ici 2115, sans parler de 2015. De nombreux autres militants ont rejoint le mouvement en ligne en se connectant au site Web ENSEMBLE et en envoyant un message aux dirigeants du monde.

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2007 en 

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2007 en

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2007 en

 

2006 : Chaque enfant a besoin d'un enseignant

GAW 2006 picChaque enfant a besoin d'un enseignant était le slogan des militants du monde entier réunis pour la semaine du 24 au 30 avril. Enfants, parents, enseignants et militants ont fait tout leur possible pour demander plus d'enseignants aux fonctionnaires de l'éducation et aux dirigeants politiques. Ils ont appelé les gouvernements et les institutions internationales à permettre le recrutement et le maintien d'un effectif professionnel motivé pour que chaque enfant bénéficie d'un enseignant qualifié dans une classe ne dépassant pas 40 élèves.

Trois actions phares ont marqué la campagne Chaque enfant a besoin d'un enseignant cette année.

Étape 1 : La création de dossiers : Des dossiers (dossiers de preuves utilisés dans les procédures judiciaires) ont été créés par les enfants, militants, parents et enseignants. Les dossiers contenaient la défense des enseignants et comprenaient des preuves accablantes sous forme d'images, d'histoires, de poèmes, de pièces et d'informations factuelles frappantes, les nombres d'enseignants nécessaires et leurs mauvaises conditions de vie et de travail.

Étape 2 : Le « retour à l'école » des fonctionnaires: Les dossiers ont ensuite été discutés et remis aux fonctionnaires, aux personnages politiques et à des célébrités lors des journées de « Retour à l'école » des fonctionnaires. Ceci a permis aux défenseurs de la CME de souligner la réalité de la situation à laquelle font face élèves et enseignants. Les fonctionnaires ont dû réagir au contenu des dossiers et préciser ce qu'ils avaient fait pour tenir leurs engagements des années précédentes. 

GAW BB 2006Étape 3 : La grande audience : Les militants ont emmené les fonctionnaires et chefs d'état dans un faux « tribunal », pour être entendus ou sous forme d'une enquête publique. Enfants et militants ont envahi des salles de tribunal, des bâtiments gouvernementaux ou officiels et ont invité les fonctionnaires de l'éducation, les célébrités et les médias à des procès faisant les gros titres et faisant grincer des dents pour défendre la cause des enseignants et veiller à ce que ces derniers soient la priorité des programmes d'éducation.

 

 

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2006 en

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2006 en

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2006 en

 

2005 : Envoyez mon ami(e) à l'école

GAW 2005 picEn 2005, la CME a mobilisé une pression publique sans précédent sur les gouvernements et la communauté internationale pour exiger qu'ils remplissent leurs obligations et offrent une éducation gratuite et de qualité pour tous et qu'ils Eduquent pour en finir avec la pauvreté. Dans le monde entier, du 25 au 30 avril, des millions de militants, défenseurs des droits de l'enfant et enseignants sont descendus dans les rues, ont marché sur des bâtiments parlementaires et ont ramené les hommes politiques à l'école, en hommage aux enfants du monde entier qui se sentent lésés par les systèmes éducatifs. 

Le défi Envoyez mon ami(e) à l'école invitait les militants mondiaux, jeunes et vieux, à fabriquer un simple personnage découpé dans du carton, chacun représentant un enfant déscolarisé. « Amis » doublés, ces découpages ont été décorés de dessins et souvent colorés, ornés de perles, de tissu et de laine. Sur chacun d'eux, l'auteur écrivait un message aux dirigeants mondiaux, pour implorer, plaider et exiger que tous les enfants aient la chance d'aller à l'école. Pendant la Semaine d'action, des hommes politiques ont été confrontés par ces « amis » découpés et invités à signer un engagement à prendre des mesures spécifiques en 2005 pour envoyer ces « amis », et tous les enfants, à l'école. Dans de nombreux pays, les « amis » ont été collectés en grand nombre et distribués lors d'événements politiques importants qui affectaient les chances des enfants d'aller à l'école.

Pendant cette Semaine d'action, hommes politiques et fonctionnaires ont envahi les salles de classe où on leur présentait des « amis » pour leur montrer la réalité de la vie face au tableau. Les enfants ont exprimé les problèmes que les adultes craignent de mentionner ; dans un pays riche, un garçon a demandé « Pourquoi dépensez-vous autant pour la guerre alors que vous pourriez le dépenser pour l'éducation des pauvres ? » Dans certains pays, ils ont affiché des cartes pour montrer ceux qui avaient moins de chance qu'eux et ont questionné le manque de mesures prises pour tous les amener aux portes de l'école. Plus de 3 000 parlementaires et 25 chefs d'état sont retournés à l'école ; bon nombre d'entre eux ont pris des engagements et promis d'apporter du changement dans l'éducation dans leurs pays.

GAW BB 2005 sLes défenseurs de la CME ne se sont pas arrêtés là. Plusieurs activités d'animation et attirant l'attention ont été organisées dans des capitales, villes et villages dans le monde entier. Des marches, des rassemblements, des débats et des représentations théâtrales ont tous eu un impact qui se fera ressentir encore pendant des années. Les « amis » étaient adaptés à chaque pays : aux Philippines, c'étaient des cerf-volants qui volaient dans les rues ; au Bangladesh, les voiles de petits bateaux faisaient flotter le message « Envoyez mon ami(e) à l'école » et au Brésil, des « amis » géants grandeur nature étaient conçus comme des marionnettes de carnaval. En Inde, un marathon de protestation a été couru pour l'éducation et à Paris, 24 « amis » artistes ont été exposés au siège social de l'UNESCO.

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action en

  

2004 : Le groupe de pression le plus grand du monde

GAW 2004 aGAW 2004 cGAW 2004 bEn 2004, les enfants se sont directement adressés à des hommes politiques lors de rencontres en face à face, de débats parlementaires et dans des lettres dans le cadre du « Groupe de pression le plus grand du monde ». Plus de 2 millions de personnes ont participé, 14 chefs d'état et des dizaines de ministres. Dans certains pays, les enfants ont pris le pouvoir législatif national ou occupé le parlement pour la journée, ont engagé des discussions percutantes avec les législateurs sur ce que le gouvernement devait faire pour assurer que personne ne soit privé d'une éducation de qualité.

 

D'autres activités associées ont été organisées dans des capitales d'état, des mairies et même dans des écoles particulières alors que des milliers de parlementaires, notamment les deux tiers des députés du Royaume-Uni, faisaient leur « retour à l'école pour une journée ». Les enfants dans le sud ont appuyé leurs demandes de preuves concrètes, en présentant aux hommes politiques des cartes ?des disparités pour mettre le doigt sur les membres de leur communauté qui ne peuvent aller à l'école et les raisons.

Des centaines de milliers de personnes du monde entier ont envoyé des lettres, des cartes et des courriers électroniques aux présidents et aux premiers ministres de leurs pays, en leur demandant de « faire plus pour que chaque enfant puisse aller à l'école et bénéficie d'une éducation de qualité ». Des groupes de la société civile ont usé de modes plus créatifs pour faire passer leur message aux hommes politiques, via des pièces de théâtre, des opéras, des chaînes humaines, des votes symboliques et des créations artistiques.

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2004 en

Téléchargez le Grand Livre de la Semaine mondiale d'action 2004 en

 

2003 : L'éducation des filles : La plus grande leçon

Plus de 2 millions de personnes de 70 pays ont participé à la campagne record « L'éducation des filles : la plus grande leçon ». Des événements organisés dans le monde entier ont été marqués par la présence de célébrités locales et nationales et de fonctionnaires. Au siège social des Nations Unies à New York, le secrétaire général Kofi Annan et sa femme, ainsi que la chanteuse Angelique Kidjo se sont associés pour donner « La plus grande leçon » et en Gambie, ce sont les VIP qui se sont assis pour écouter la fille d'un vendeur de marrons montée sur le podium pour donner la leçon. Ces scènes se sont répétées dans le monde entier, alors que de nombreux enfants s'exprimaient à leur façon pour attirer l'attention sur l'Éducation pour tous. L'éducation des filles « résonnait dans les cœurs et les esprits de millions de gens », a déclaré Hailu Sime, un participant d'Ethiopie.