• gaw 2015 banner fr

Rendre des comptes chaque année en matière d'éducation est essentiel pour réaliser l'ODD 4 d'ici 2030

L'article original a été publié sur le site du Partenariat mondial pour l'éducation ici.

Table ronde de lancement de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation 2018
Photo: GCE

La Semaine mondiale d'action pour l'éducation 2018 (#GAWE2018) de la Campagne mondiale pour l'éducation (CME) se déroule cette semaine, l’accent étant mis sur la responsabilité vis-à-vis de l'ODD 4 et la participation citoyenne, la suite logique du thème abordé en 2017.
La campagne s'appuie sur les résultats positifs de la conférence de financement du Partenariat mondial pour l'éducation qui s'est tenue au Sénégal et qui exige de la société civile qu'elle prenne l'engagement de suivre les promesses qui y ont été faites.

Les leaders africains et ceux du secteur de l'éducation renouvellent leur engagement en faveur de l'ODD 4


En guise de compte à rebours pour la semaine mondiale d'action pour l'éducation, une table ronde s'est tenue au Parlement Panafricain de l'UA en Afrique du Sud. C'était un appel lancé à l'endroit des parlementaires et de la société civile, d'intensifier les efforts visant à responsabiliser les gouvernements en vue de la réalisation de l'ODD 4.
Définissant le rôle des gouvernements lors de la table ronde de la CME, l'ambassadeur du Sénégal en Afrique du Sud, Safiatou Ndiaye, a appelé les gouvernements à mettre en œuvre les engagements pris lors de la conférence de financement du GPE au Sénégal, comme une démonstration de leur volonté politique à améliorer la qualité de l'éducation. La Présidente de la CME, Camilla Croso, a déclaré : « La responsabilité signifie être capable d'agir quand quelque chose ne va pas, par la politique, la législation et le plaidoyer, le recours à des médiateurs si possible, pour protéger les droits des citoyens. »
S'exprimant lors du même événement, Manos Antoninis, Directeur du rapport mondial de suivi sur l'éducation de l'UNESCO a appelé le mouvement de la CME à se joindre à la campagne #MakeitPublic pour demander aux gouvernements de fournir un rapport d'avancement sur les engagements en matière d'éducation de leurs citoyens.
Victoria Egbetayo, responsable du plaidoyer et des partenariats au GPE, a déclaré : « Le GPE suivra chaque année les promesses faites par les gouvernements lors de la conférence de reconstitution des ressources de 2018, qui s’est tenue à Dakar, au Sénégal en début d’année. »

Faire preuve de plus de responsabilité est nécessaire pour résoudre la crise de l'éducation

Le manque de responsabilité de la plupart des gouvernements est l'un des principaux obstacles à la résolution de la crise mondiale de l'éducation. L'accent mis sur la redevabilité pour les ODD en 2018 vient renforcer les obligations des Etats en matière de construction de systèmes démocratiques et de gouvernance par le biais d'une éducation publique inclusive et de qualité.
La CME a salué le Rapport 2017/8 mondial de suivi sur l’éducation dans le monde (RMSE) pour avoir présenté les rapports nationaux de suivi de l'éducation comme un outil essentiel devant permettre aux citoyens de demander des comptes aux gouvernements. Une reddition de comptes significative ne peut avoir lieu en l'absence de données critiques et complètes, et les rapports nationaux de suivi de l'éducation constituent un outil essentiel de transparence et de responsabilité. Pourtant, seul 1 pays sur 4 publie des rapports chaque année.

Plus de 100 coalitions nationales de l'éducation, des acteurs nationaux et internationaux de la société civile à travers le monde organisent plusieurs activités au cours de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation pour demander des comptes aux gouvernements.
La Semaine mondiale d'action pour l'éducation 2018 continuera également à réaffirmer l'importance d'assurer que les pays élaborent des feuilles de route crédibles pour la mise en œuvre de l'agenda SDG 4, inversent la tendance à la réduction de la société civile, soulignent l'éducation publique et le rôle central des gouvernements dans sa prestation et sa demande pour une participation visible et significative des jeunes à la prise de décision.

 Par Henry Malumo