• gaw 2015 banner fr

La lutte contre le travail des enfants est la lutte pour assurer l'éducation pour tous

100 million for 100 millionDéclaration conjointe de Marche mondiale contre le travail des enfants et campagne mondiale pour l'éducation, à l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants - 12 juin 2017

Aujourd’hui dans le monde, plus de 168 millions sont prisonniers du travail des enfants. Les enfants sont engagés dans une variété de travaux allant de l'exploitation dans les fermes au rampement dans les mines d'or en passant par la couture de vêtements dans des ateliers, ou la réalisation des tâches ménagères comme domestiques. Travaillant dans ces conditions difficiles, cette jeune population est privée de droits humains fondamentaux, compris leur droit à l'éducation.


Les enfants sont nés pour jouir de leur enfance indépendamment de leur situation socio-économique-politique. C'est leur droit fondamental de recevoir une éducation de qualité, inclusive et gratuite. Cependant, les enfants qui travaillent ne jouissent souvent pas de ce droit et de cette liberté. Ainsi, si le travail des enfants doit être complètement éradiqué, il ne peut se faire sans les efforts correspondants pour assurer l'éducation pour tous. En fait, le travail des enfants et l'éducation sont des défis interdépendants. Tant que le travail des enfants persistera, l'objectif de l'éducation, en particulier l'enseignement primaire universel, restera un rêve éloigné.

Le nombre croissant d'urgences et de crises dans le monde met en péril les efforts visant à mettre fin au travail des enfants et à assurer l'éducation pour tous. Les catastrophes et les conflits prolongés dans des pays comme la Syrie, l'Irak, le Yémen et d'autres, condamnent des milliers d'enfants au risque d'être victimes de la traite, ou soumis à des conditions de travail proches de l'esclavage et forcés de quitter l'école. On estime que chaque année, près de 70 millions d'enfants sont affectés par des catastrophes naturelles et plus de 30 millions d'enfants sont actuellement déplacés par la guerre. Beaucoup des 168 millions d'enfants qui travaillent vivent dans des zones de conflit et dans des zones sinistrées, ce qui signifie qu'ils n'ont pas accès à l'éducation. Sur les 263 millions d'enfants non scolarisés dans le monde, 35% vivent dans des pays touchés par des conflits armés.

Compte tenu de l’impact que les conflits et les catastrophes ont sur les enfants, le thème de la Journée mondiale contre le travail des enfants de cette année - «Dans les conflits et les catastrophes - protégeons les enfants contre le travail des enfants» - est opportun.

Commémorant la Journée mondiale contre le travail des enfants le 12 juin 2017, le Directeur du conseil de la Marche mondiale contre le travail des enfants, M. Timothy Ryan, a réaffirmé que : «Il est encore plus important pour la communauté internationale du développement de faire maintenant des efforts urgents pour réaliser les objectifs de développement durable qui englobent les facteurs socioéconomiques -politiques-économiques et environnementales et qui ont un impact direct ou indirect sur les enfants. De plus, aucun objectif ne peut être atteint isolément. Le succès de ODD Cible 8.7 sur la fin du travail des enfants, la traite et l'esclavage nécessitera des efforts concertés pour réaliser l’ODD 4 sur l'éducation. Cela impliquera également que les alliances mondiales telles que l'Alliance 8.7 sur la fin du travail des enfants dans le cadre des ODD incluent les questions d'éducation dans leur stratégie et leur plan d'action. La Marche mondiale contre le travail des enfants s'est également concentrée depuis sa création sur sa stratégie de paradigme triangulaire, à savoir le lien intrinsèque entre la pauvreté, le travail des enfants et l'analphabétisme, afin de garantir la protection et la sécurité des droits humains de tous les enfants. En outre, pour que les perspectives d'éducation soient centrales et intégrées à son fonctionnement, la Marche mondiale collabore et travaille en étroite collaboration avec les syndicats d'enseignants, les associations et les militants de l'éducation tels que l'Internationale de l'éducation et la Campagne mondiale pour l'éducation. »

Le travail de la Campagne mondiale pour l'éducation (CME) sur la promotion de l'éducation en tant que droit fondamental, en particulier pour un accès à une éducation publique, gratuite, et de qualité pour les enfants, incluant des appels cohérents pour un financement accru de l'éducation, est une étape importante dans la lutte pour assurer une enfance juste et la fin du travail des enfants. La CME et le travail de ses membres sur la réalisation de l’ODD 4 sur l'éducation soutiennent les efforts visant à réaliser l’ODD 8.7 pour mettre fin à l'exploitation des enfants.

La présidente de la CME, Camilla Croso, affirme à l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants : «La Campagne mondiale pour l'éducation s'est engagée à soutenir la lutte mondiale contre le travail des enfants grâce à ses efforts accrus en matière d'éducation pour tous les enfants. Nous comprenons et reconnaissons que l'éducation n'est pas seulement essentielle pour prévenir le travail des enfants, mais aussi pour assurer la résilience et un refuge pour ceux qui sont sauvés de l'exploitation, les aidant à reconstruire leur vie et leur avenir. Nous appuyons pleinement le travail des organisations de lutte contre le travail des enfants, telles que la Marche mondiale contre le travail des enfants. La Campagne mondiale pour l'éducation soutient également la nouvelle campagne de 100 millions pour 100 millions lancée par Kailash Satyarthi, fondateur de la Marche mondiale, ancien président de la CME et lauréat du prix Nobel de la paix 2014. Avec la promesse d'être la campagne de mobilisation de masse la plus audacieuse pour les enfants dans l'histoire, elle vise à mobiliser 100 millions de jeunes et d'enfants dans tous les coins du monde pour se lever et agir pour 100 millions d’autres enfants qui sont des enfants ouvriers, non scolarisés ou victimes d'exploitation. »

 

(Crédit photo: Kailash Satyarthi Children's Foundation)